Bon et mauvais stress

9 choses à savoir sur le stress

Le stress est un tyran. Vous le savez, n’est-ce pas ?

C’est lui qui vous vole votre le sommeil au milieu de la nuit. Et au matin, c’est encore lui qui vous plaque dans votre lit comme si vous ne faisiez plus qu’un avec votre matelas. Mais il vous dicte aussi sa loi au boulot quand vous perdez les pédales à cause des dossiers à gérer ou de votre collègue franchement insupportable. Et avec votre famille, le cumul des tensions est loin de favoriser la paix…

Et donc ? Le combat est-il perdu d’avance ? Que pouvez-vous faire ? En période de guerre, la première chose à faire est de connaitre son ennemi. On peut alors prévoir ses pensées, ses plans et ses failles.

 

1. Une naissance et le besoin de se nourrir

Le stress vient toujours de quelque chose : une situation, une maladie, un sentiment ou encore un choc. C’est le premier stimulus. Cela peut être lié au niveau physique, émotionnel, mental ou social. Et il va se nourrir de cette situation et tout ce qu’elle provoque pour grandir et nous empoisonner l’existence.

Oui… Mais alors ? On ne peut tout bonnement pas empêcher certains événements d’arriver. Tout le monde souhaiterait vivre dans une bulle de paix et ne jamais être traumatisé.

C’est vrai.

Mais c’est comme un parasite qui se nourrit de la vitalité de son hôte jusqu’à épuisement total. Il ne sert à rien de traiter les symptômes si on n’éradique pas la source. Au mieux, ça nous donne quelques jours en plus, mais ça ne règle pas le problème.

Et c’est ça l’information importante : déceler la source d’un stress pour mieux le traiter.

Vous n’allez pas entreprendre les mêmes actions pour vous remettre d’un stress lié à la mort d’un proche ou bien celui lié à une pression existante à votre travail. Cela vous permettra aussi d’éviter que la situation ne dégénère en lui coupant les vivres. Si l’attitude de vos collègues devient véritablement pesante, rien ne sert de les côtoyer aussi pendant votre pause déjeuné.

 

2. Toujours le même dilemme

Le stress est généré lors d’un changement de situation, qu’il soit bon ou mauvais. A ce moment-là, notre organisme doit s’adapter. Mais il n’y a pas 36 solutions. Le stress nous offre deux possibilités : Fuir ou Combattre.

Lors d’un conflit ou d’un danger, on peut soit battre en retraite, soit prendre les armes. Le tout est d’arriver monopoliser ses ressources pour s’adapter et retrouver son équilibre.

 

Lorsqu'un stress apparaît, c'est qu'il est nécessaire de s'adapter

 

Et c’est là que ça devient intéressant : faire le bon choix permet de neutraliser rapidement notre anxiété. Ne pas faire ce choix revient à subir les choses et à rester à la merci du stress.

Le problème survient quand on n’arrive pas à s’adapter. Le corps reste alors en état de stress, comme si le danger était toujours là. Votre taux de cortisol et d’adrénaline va rester élevé et votre corps va petit à petit s’épuiser. Et on a alors l’impression de subir la situation au lieu de la maitriser.

Le stress est donc véritablement un tyran. Il ne nous laisse que très peu de possibilités. Que faire alors ?

Faire preuve de stratégie.

Analyser la situation. Repérer le ou les éléments qui vous bloquent ou le système que vous devriez changer pour apporter un apaisement. Le but : vous adaptez. C’est aussi simple que ça. Vous n’aurez pas nécessairement besoin d’y aller avec les poings ou de forcer les choses. Si votre corps ne s’est pas adapté de lui-même, c’est que cela demande une action consciente de votre part. Vous pourrez ainsi soit éloigner définitivement le stress de vous (la fuite), soit l’éliminer complètement (le combat). Cela relève d’un choix et d’une mise en action.

 

3. Un grand manipulateur

Tout ça c’est bien beau. Mais encore faut-il avoir un point de vue équilibré et objectif de la situation pour réussir à faire les bons choix. Or, le stress a la capacité de déformer la réalité. C’est un pouvoir énorme.

Tout bon dictateur qui se respecte met en place une propagande efficace. Vous allez alors vous sentir amoindri, dépassé, incapable, fatigué, nul. Et la perte de l’estime de soi est terrible car elle nous empêche de faire preuve d’initiative et donc de reprendre le contrôle.

Mais tout n’est pas perdu pour autant. L’important est d’en être conscient.

Quand une myopie apparait, on ne reste pas sans rien faire. On ne peut pas vivre pleinement en ayant constamment un monde flou devant les yeux. On va donc voir un ophtalmologue pour que notre vue redevienne nette.

C’est pareil pour le stress. Si on commence à se sentir incapable et que la situation nous échappe, il faut demander de l’aide. Attention, ça ne veut pas dire d’aller voir immédiatement un psy ! Dans un premier temps les amis et la famille seront largement suffisant pour sortir de cette mauvaise spirale ! Vous avez besoin de personnes de confiance qui sauront vous comprendre et faire le point avec vous sur :

  • Ce que vous pouvez faire
  • Ce sur quoi vous ne pouvez pas agir
  • Quels sont vos points forts et vos points faibles
  • Quelle stratégie adoptée

Sentir l’approbation et le soutien de ceux qu’on aime suffit souvent à nous redonner le moral et à évacuer tous les sentiments et les pensées négatives qui nous habitent. Et c’est un bon point : ça empêche au stress d’avoir trop d’emprise sur nous.

 

A voir aussi : L’amitié éloigne le stress

 

4. Sans limite : il touche à tout

Ce serait plus simple si le stress n’influait que sur notre état psychologique et émotionnel. Malheureusement, il peut aussi avoir des répercussions physiologiques. Il serait même à l’origine de la plupart des consultations médicales et la cause de nombreux accidents de travail. Ce n’est pas pour rien qu’on en parle de plus en plus : c’est devenu un véritable problème de santé public. Vous en avez sans déjà entendu parler, n’est-ce pas ?

Il a également la capacité de s’étendre à notre entourage. On peut soi-même devenir un vecteur du stress, tout comme le moustique est un vecteur du paludisme. Le stress est contagieux. A vivre continuellement avec une personne stressée, on a des risques d’en contracter nous aussi des symptômes. Alors n’oubliez pas de rire. Ça aussi c’est contagieux !

 

On a besoin de ses amis pour lutter contre le stress

 

Il faut donc rester vigilant. Tant au niveau de sa santé qu’au niveau de son entourage. Et ne pas hésiter à aller voir le médecin si des signes troublant apparaissent.

 

5. Court mais traumatisant

Le stress peut venir d’un choc ou d’un traumatisme : la mort, une agression, une perte financière, etc… Cela porte atteinte aux occupations normales et bouleverse un temps la vie quotidienne. Mais cette situation est temporaire.

C’est ce qu’on appelle un stress aigu.

Faire la différence entre les différents types de stress permet d’ajuster au mieux son attitude. Celui-ci arrive à l’impromptu et peut être intense. Que faites-vous pour faire face à ce genre de situation? En tout cas, il est nécessaire d’être bien entouré. De se sentir soutenu. Comme on dit, l’union fait la force. Surtout qu’il peut être comme le cancer et revenir quelques temps après la guérison.

Mais ne pensez pas que c’est la fin du monde et que votre vie est finie. La vie est justement jalonnée de bonheurs mais aussi de malheurs. Prenez donc le temps de prendre soin de vous pour réussir faire face. Il est important de vous remettre sur les rails.

 

A voir aussi : Le stress post-traumatique

 

6. Insidieux et aimant les conquêtes

Un stress par choc se reconnait facilement. Mais cela en va autrement quand on parle de stress chronique. Celui-ci s’immisce petit à petit dans notre vie de tous les jours. Et il est plus difficile de s’en défaire car cela devient un état permanent. On ne se rend compte de son état stressé qu’une fois que les symptômes sont déjà bien enracinés :

  • Perte de l’appétit et du sommeil
  • Irritabilité
  • Tendance à s’isoler
  • Maux de tête
  • Mélancolie
  • Faible estime de soi
  • Etc…

Que faire alors ? Tout d’abord, analyser sa situation, comme on a pu le faire dans les premiers points de cet article. Puis agir.

Si vous êtes encore sous le joug du stress c’est que vous ne vous êtes pas adapté. Et peut-être même subissez-vous plusieurs situations stressantes. Et tout ceci sans en avoir pleinement conscience.

Donc n’ayez pas peur de vous attaquer au mal quand vous vous en rendez compte. Un problème, quand il est bien cerné et compris, est déjà un problème à moitié résolu.

 

7. Il est partial

Le stress peut donc agir de bien des manières. Mais il a aussi ses différences avec les gens. Un despote a toujours des bras droits pouvant bénéficier de ses faveurs. Et au contraire, des victimes qui subissent son courroux et ses mauvaises humeurs.

Certains se trouvent donc du mauvais côté de la barrière. Ils sont intolérants et subissent de plein fouet les effets néfastes du stress. Ils ressentent plus ou moins continuellement un état d’anxiété. Ce sont donc les plus sensibles et doivent apprendre à gérer cet état pour ne pas tomber malade pour de bon.

D’autres sont complètement tolérants et le stress n’a que très peu d’effet sur eux. Vous trouvez ça injuste ? Dites-vous que personne n’échappe aux difficultés sur cette terre. S’ils n’ont pas ce genre d’ennuis, ils en ont certainement d’autres !

Et enfin, il existe une dernière catégorie : les accros au stress. Ceux qui feront tout pour recevoir leur shoot d’adrénaline. Pour le coup, le stress a l’effet sur eux d’un véritable moteur. Cela peut être une très bonne chose. Ce sont souvent des bêtes de travail, très efficaces et sachant s’adapter à l’inattendu. Malheureusement, comme toute dépendance, cela peut avoir de tristes répercussions sur la santé ou l’entourage qui peut se sentir délaissé.

 

Le stress peut rendre accro

 

Et vous ? A quelle catégorie appartenez-vous ?

 

8. Il est parfois fatal

Si le stress a tant envahi l’actualité de nos jours, c’est qu’il a fait beaucoup de blessées et même des morts. En véritable serial killer, il traque ses victimes jusqu’au bout et possède son propre mode opératoire, comme une signature :

  • Tout d’abord, il fait entrer ses proies dans une phase d’alerte. L’organisme essaie de s’adapter dans l’urgence à son environnement et aux changements qui l’accompagnent.
  • Ensuite vient la phase d’endurance. Elle ne survient que si la situation se prolonge. L’objectif est de tenir la distance.
  • Enfin, c’est la phase d’épuisement. Elle apparaît lorsque l’individu commence par être dépassé par la situation qui persiste et sur laquelle il ne peut exercer de contrôle. L’organisme s’épuise. Et c’est dans ces cas-là qu’on attend parler de burn-out et même de mort.

Bien que le stress n’entraine pas systématiquement des conséquences aussi dramatiques, il n’est donc pas à prendre à la légère. Il peut littéralement nous empoisonner l’existence. Heureusement, le stress est une bête sauvage qui peut être neutralisée.

 

A voir aussi : Le Burn-Out

 

9. Le stress peut être dompté

De nos jours, cet état est de mieux en mieux connu et compris. Du coup, il  existe de plus en plus de moyens d’apprendre à maîtriser son stress et retrouver la sérénité. Donc, si vous êtes du genre anxieux, ne désespérez pas !

Voici la liste (non exhaustive) de tout ce que vous pouvez essayer :

  • La relaxation
  • Le sport
  • Les techniques de respiration
  • Le chant
  • La danse
  • De bonnes habitudes de vie
  • Une alimentation saine
  • Les massages
  • L’acupuncture
  • L’ostéopathie
  • Organiser son environnement
  • La musique
  • La peinture
  • Les balades

N’hésitez pas à fouiller dans le site si vous voulez plus de renseignements pour chaque idée de cette liste. Après c’est à chacun de faire sa sauce ! Il n’y a malheureusement pas de formule miracle. Ce qui marchera pour l’un ne marchera pas forcément pour l’autre. Mais ce qui est sûr, c’est que vous pouvez y arriver !

 

Et vous ? Quel sont vos méthodes pour lutter contre le stress ?

Suivez-nous:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *