Le shopping peut être une drogue en partie à cause du stress.

La shopping thérapie contre le stress

La surconsommation est une notion centrale de notre société basée avant tout sur l’apparence, la beauté et la consommation. Acheter plus, et encore plus, rendrait plus heureux, ou tout du moins, c’est ce qu’essaient de nous faire croire tous les spots de publicité. On en vient même à penser que le shopping serait une des meilleures thérapies pour oublier notre stress et se donner un peu temps à soi pour se détendre.

Mais le problème, c’est que prendre l’habitude d’évacuer notre stress en s’accordant des instants shopping peut aussi comporter quelques risques de développer certaines maladies d’ordre mental… Pour savoir si nous en sommes victimes, une analyse de nos achats peut se révéler utile : cela répond-il à un besoin ? Est-ce plusieurs fois par semaine ? ou encore est-ce au-dessus de nos moyens ?

 

Un effet apaisant mais à double tranchant

Pour certaines personnes, faire un tour dans les magasins pour faire du shopping permet avant tout de se changer les idées, de faire une pause dans une vie bien chargée et ainsi évacuer un peu de se stress accumulé. Cela n’a rien de nocif et il est même conseillé de pratiquer une activité apaisante et qui nous plaise pour nous détendre.

Cependant, chez d’autres cela tourne à l’obsession et crée une dépendance. Les acheteurs compulsifs ressentent le besoin d’acheter pour faire face à son anxiété et son stress. On retrouve ce genre de comportement aussi dans la dépression. Mais une des caractéristiques, c’est qu’une fois l’objet voulu est acquis, il perd immédiatement de son intérêt, alors qu’une autre envie commence déjà à naître.

Les conséquences de ce shopping obsessionnel peuvent être dramatiques et peuvent même accroître considérablement le stress au lieu de le diminuer. Cela peut aussi créer des problèmes de famille en faisant apparaitre des tensions à cause par exemple des états des finances… parce qu’évidemment, il va sans dire que la shopping thérapie à tendance à faire un trou assez conséquent au niveau du compte en banque.

 

Faire du shopping peut réduire le stress

 

 

Ce qui favorise ce comportement

La société de consommation dans laquelle nous vivons ne facilite pas non plus les choses, avec la pression médiatique, la publicité et l’effet de la mode qui change de plus en plus vite. Ainsi, même les personnes n’ayant pas de problème particulier avec l’excès de shopping se sentent pousser à acheter.

De plus, développer un trouble obsessionnel lié au shopping peut aussi être favorisé par certains aspects de la personnalité. Par exemple, avoir une tendance à la dépression ou avoir une faible estime de soi peuvent en être des facteurs. Avoir la possibilité d’acheter apporte un apaisement, permet de penser à autre chose et chasse les pensées négatives. Des études auraient montré qu’on retrouverait les mêmes anomalies neurobiologiques chez les addicts au jeu, notamment en rapport avec la sérotonine.

 

Comment s’en sortir

Souvent, un des moyens les plus efficaces pour résoudre un souci d’achats compulsif est dans un premier temps de reconnaître le problème puis d’en parler à quelqu’un. Un psychothérapeute sera à même de comprendre le problème et d’aider à voir quelle est la cause profonde de ce trouble.

Pour renoncer à faire du shopping, des idées simples mais pratiques peuvent aussi se révéler une vraie aide : éviter les magasins, sortir sans ses cartes de crédits et se faire accompagner si des achats se révèlent vraiment nécessaires. Apprendre à gérer son stress d’une autre manière permet d’abaisser considérablement les tensions et pour cela beaucoup de solutions existent, adaptée à chacun.

Suivez-nous:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *