Le stress peut être une des causes des TMS.

TMS et Stress

Les TMS, Troubles Musculo-Squelettiques, font partie des maladies les plus courantes du monde du travail. Ils sont dus à la réalisation d’une tâche répétitive qui finit par causer des lésions. Il existe plusieurs facteurs de risque qui provoquent ce genre de pathologie. On pense souvent aux causes mécaniques comme la répétitivité des gestes, le travail excessif ou encore aux mauvaises positions articulaires. Mais les TMS peuvent aussi être dues à des problèmes organisationnels et psycho-sociaux.

En effet, les temps de pauses, l’organisation du travail ou par exemple le nombre de personnes dans une même équipe vont forcément avoir un impact sur l’apparition des TMS. De plus, il ne faut pas oublier les RPS (risques psycho-sociaux), dont fait partie le stress. On entend souvent dire que le corps et l’esprit sont liés et ce qui affecte l’un a souvent des répercussions sur l’autre. Il y a donc un lien entre les TMS et le stress, voyons cela plus en détails.

 

RPS et stress

Plusieurs éléments peuvent intervenir dans les RPS. On peut citer le stress, la charge mentale de la tâche, le manque d’autonomie, ou encore les relations entre collègues. Ainsi, un manque de liberté décisionnelle peut, par exemple, entrainer davantage de stress puisque l’individu va avoir des difficultés à s’adapter à son environnement. Cela va forcément avoir des conséquences sur la manière dont la tâche sera effectuée et provoquer des problèmes d’ordre physique.

Ainsi, le travailleur subissant un stress excessif risquera de développer des douleurs musculaires et des inflammations au niveau des tendons. Son temps de récupération sera aussi plus long. Le stress va donc avoir un effet aggravant sur la situation et modifier la perception de la douleur qui en sera augmentée. Les risques de développer des TMS seront donc plus élevés.

 

Le stress peut intensifier les douleurs liées aux TMS.

 

Le stress influence aussi le niveau de vigilance en le diminuant. Un travailleur stressé prêtera moins d’attention aux mouvements qu’il fait ou aux postures qu’il prend. Le risque d’adopter des positions contraignantes augmentera alors, provoquant dans le même temps une baisse de la performance et la possibilité d’apparition de TMS.

 

Un cercle vicieux

Il est essentiel de modifier l’environnement de travail d’une personne souffrant de TMS ou même de la changer de poste, à la fois pour diminuer ses troubles mais aussi éviter que la situation n’empire. En effet, si le stress joue dans l’apparition des TMS, ces derniers peuvent aussi générer aussi une dose de stress considérable.

Le travailleur connait déjà un certain niveau de stress ayant joué sur l’apparition de ses TMS et à cela va s’ajouter le stress lié à sa maladie (peur de se blesser à nouveau, douleurs…). L’aide et le soutien apportés par la hiérarchie par les mesures mises en place sont alors essentiels. Cela aidera à la fois le travailleur à s’adapter au mieux à son poste et contribuera aussi à une meilleure performance dans son travail.

Suivez-nous:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *