Apprendre à dire non sans culpabiliser : la méthode pas à pas

Apprendre à dire non sans culpabiliser est une faculté qui se développe. Cela demande d’avoir confiance en soi, de vaincre ses peurs et d’oser s’affirmer face aux autres. Et vous verrez, si vous essayez de surmonter les obstacles devant vous, vous serez fier du chemin que vous aurez parcouru. Et pour vous aider, voici quelques astuces dont vous pourriez bien avoir besoin !



Réfléchir avant de parler


Une manière de réduire le stress

Quand on ne sait pas dire non, on se sent souvent obligé de répondre par l’affirmative immédiatement. Pourtant, dans la plupart des cas, il n’y a aucune urgence ! C’est pourquoi, prenez le temps de réfléchir en demandant un délai pour donner votre réponse. Vous verrez que cela vous enlèvera énormément de tensions et vous permettra aussi d’apprendre à dire non sans culpabiliser. La pression est mauvaise conseillère ! En effet, vous pourrez mieux peser le pour et le contre, et surtout vous préparer pour donner votre réponse. C’est aussi un excellent moyen pour développer une bonne gestion du stress.

Une jeune femme qui réfléchit


Pour le bien des autres mais aussi pour vous-même

Vous êtes-vous déjà engagé à faire quelque chose qui vous semblait infaisable ? C’est ce qui arrive souvent quand on accepte n’importe quoi sans réfléchir. On se retrouve dans des galères sans nom ! Apprendre à dire non sans culpabiliser permet donc de se connaître et de ne pas porter sur les épaules des responsabilités qui nous dépassent. C’est faire preuve d’humilité mais aussi de considération pour notre interlocuteur puisqu’on lui permet de trouver quelqu’un de mieux qualifié ou de plus disponible. Prendre le temps de la réflexion peut se révéler un grand service fait à autrui et à vous-même ! Vous préserverez donc ainsi vos relations professionnelles et privées.


Des bienfaits sur le long terme

Plus vous réussirez à apprendre à dire non sans culpabiliser, et plus cela deviendra facile et naturel. De plus, vous gagnerez aussi en affirmation de soi. Et cela démontrera votre sérieux. On saura qu’on peut accorder de la valeur à votre ‘oui’ ou à votre ‘non’. Et on fait souvent plus confiance à quelqu’un qui sait prendre le temps de considérer ce qu’il est capable de faire ou pas. En agissant de cette manière, vous remarquerez aussi qu’on ne s’attendra pas forcément à ce que vous disiez oui à tout et on acceptera plus facilement vos opinions puisqu’elles seront mûrement réfléchies.



Déculpabilisez-vous


Prendre du recul sur la situation

Apprendre à dire non sans culpabiliser, ce n’est pas seulement refuser une invitation par simple plaisir ou par égoïsme. Vous avez des raisons de dire non et elles sont valables, quel que soit ce qu’en pense votre entourage. Et ce n’est pas parce que vous ne dites pas oui que les gens seront fâchés contre vous. Au contraire, si vous le faites avec les bonnes intentions, ils auront toutes les chances de comprendre votre position.

Quatre boules jaunes avec des têtes exprimant des émotions différentes


Apprendre à dire non sans culpabiliser en se concentrant sur le positif

Si vous connaissez précisément vos priorités et vos objectifs, il vous sera plus facile d’apprendre à dire non sans culpabiliser. Concentrez-vous dessus et sur ce que votre décision à de bon. Vous ne pouvez pas tout gérer à la fois. Cela ne veut pas dire qu’il faut dire non tout le temps. Pour être heureux, il est essentiel de prendre en compte ceux qui nous entourent et qu’on aime, de savoir donner et aider autrui. Mais à vouloir tout accepter, vous n’avancerez pas dans votre vie et finirez par mal faire un certain nombre de chose. Tout est une question d’équilibre.



Un “non” adapté à chaque situation


Faites sentir votre fermeté

Pour être sûr d’être compris et surtout de ne pas faire penser à l’autre que vous inventez de fausses excuses, ne tournez pas autour du pot. Si vous hésitez, cherchez vos mots ou prenez cent ans pour vous exprimer, on croira facilement que vous n’êtes pas sincère. Dites-vous bien que ce n’est pas la fin du monde ! Mais pour vous simplifier la tâche et apprendre à dire non sans culpabiliser, il est important que vous soyez ferme. Avec tact et douceur, bien entendu. Mais surtout avec fermeté.


Faites ressortir des émotions

Le but n’est pas de se montrer grossier, sans coeur ou intransigeant. Tout message sera perçu différemment en fonction de la manière dont il sera formulé. Votre façon de parler et d’écouter jouera un grand rôle dans la réaction de votre interlocuteur. En fonction des personnes, n’ayez pas peur de montrer vos sentiments. Vous pouvez faire sentir que cela vous embête de ne pas pouvoir aider. Faites preuve d’empathie et de diplomatie. Cela rendra votre refus plus doux et il sera beaucoup plus facilement accepté. Pour autant, que cela ne change pas votre décision !

Réunion entre collègues où une femme exprime avec fermeté son avis


Utilisez le “oui, mais…”

Les phrases positives ont un très grand pouvoir. Elles ont un bien meilleur impact sur les gens. Servez-vous donc en ! Pour apprendre à dire non sans culpabiliser, n’hésitez pas à utiliser la forme ‘oui, mais…’. Elle donnera beaucoup moins l’impression que vous refusez et on l’acceptera plus facilement. Vous n’aurez plus l’impression de ne pas savoir dire non ! Cela peut, par exemple, vous offrir un délai pour traiter un dossier, pour décaler un rendez-vous ou tout simplement pour bien faire comprendre pourquoi ça ne va pas être possible.



Ne donnez pas de justifications pour apprendre à dire non sans culpabiliser


Votre droit de refus

Quand on a peur de dire non, on se sent toujours plus ou moins obligé d’expliquer le pourquoi du comment pour être sûr de ne décevoir ni de ne blesser personne. Ce raisonnement est totalement faux ! Apprendre à dire non sans culpabiliser, c’est aussi prendre conscience de son droit de refuser. Vous pouvez garder vos raisons pour vous. Et ne confondez pas se justifier avec le fait d’expliquer succinctement que vous ne pouvez pas. Mais ne cherchez pas à avoir à tout prix l’approbation de votre interlocuteur en cherchant toutes les excuses de la terre. Cela vous décrédibiliserait au contraire. S’il ne comprend pas rapidement pourquoi vous refuser, cela ne sert à rien de d’argumenter davantage.

Un tableau noir avec marqué No more excuses


Préservez votre détermination

Se justifier, c’est aussi s’ouvrir à la négociation. La personne en face de vous voudra vous persuader de dire oui. Or, votre non n’est pas négociable et vous n’êtes pas forcé d’exposer vos raisons au regard des autres. Si vous vous trouvez des excuses plus ou moins valables pour essayer de faire accepter votre choix le mieux possible, vous donnez simplement des pistes d’argumentation pour contrer votre point de vue et donc votre décision. Ne vous perdez pas dans les détails pour apprendre à dire non sans culpabiliser. Vous éviterez ainsi de faire flancher votre détermination.



Proposez une autre solution

Savoir dire non, ce n’est pas être obtu ou borné. Vous pouvez tout à fait réfléchir à des solutions alternatives pour que vous et votre entourage y trouviez votre compte. Apprendre à dire non sans culpabiliser vous permettra ainsi de développer votre sens de l’organisation ! Faites en sorte de trouver un horaire plus avantageux ou d’orienter votre interlocuteur vers une autre personne plus disponible que vous. Cela vous aidera aussi à être plus ferme dans votre prise de position puisque vous essayez quand même de rendre service dans la mesure du possible.

Deux personnes qui se serrent la main



Et si la personne insiste ?


Dites non encore

Si la personne ne se gène pas pour demander encore et encore, il ne faut pas non plus vous sentir gêné vous-même pour refuser encore et encore. Peut-être a-t-elle mal compris ? Ou a-t-elle l’habitude que vous disiez toujours oui ? Dans ce cas, redites non jusqu’à ce qu’elle comprenne. Calmement et avec sang froid, n’hésitez pas à répéter, sans bien sûr, commencer à vous justifier ! Vous verrez, la personne finira par intégrer que ça ne va pas être possible.



Exprimez vos émotions

Malheureusement, il peut arriver que les gens réagissent mal quand on leur exprime un refus. Et il est important de développer certaines stratégies contre ces personnes pour ne pas flancher devant elles. Dans ces situations, une astuce est de montrer très clairement à votre interlocuteur vos propres sentiments négatifs. Tout en restant correct, dites-lui que son insistance vous ennuie, qu’elle vous attriste ou qu’elle commence même carrément à vous agacer !

Apprendre à dire non sans culpabiliser peut se révéler être un réel challenge. Mais avec du temps, de la patience et de l’entraînement, il est tout à fait possible d’y arriver et de changer de vie. Ce n’est pas une capacité qu’on acquiert forcément en un jour ! Alors, prenez confiance en vous, ne vous découragez pas et félicitez-vous chaque jour pour les petits progrès que vous aurez accomplis.

La méthode pas à pas pour apprendre à dire non
Apprendre à dire non : la méthode pas à pas

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *