Ce que la chenille appelle la fin du monde, le sage l’appelle un papillon – Richard Bach

 

Quand on se retrouve à la croisée des chemins, au bout de notre route ou face à un mur, on a devant en réalité un choix très simple : baisser les bras ou trouver un moyen de continuer d’avancer.

Ce n’est pas parce que la solution n’est pas évidente qu’elle n’existe pas.

Parfois, il suffit d’avoir le courage de prendre un virage à 180° pour se rendre compte de toutes les possibilités qui s’offrent à nous.

Quand une situation change et que tout nous semble différent, le défi est de savoir s’adapter et gérer notre stress. Mais une fois cette épreuve passée, on acquiert la capacité de savoir faire face à l’inattendu.

Les angoisses concernant l’avenir disparaissent et on se sent pousser à entreprendre ce qui nous tient réellement à cœur.

Il ne reste plus qu’à faire comme le papillon : prendre son envol.

 

 

 

Ce que la chenille appelle la fin du monde, le sage l'appelle un papillon - Richard Bach

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *