La communication à l’épreuve du stress

On le sait tous, le stress a une grande influence sur notre communication. Qui ne s’est jamais senti rougir, balbutier ou perdre ses mots ? Les étudiants en souffrent souvent lors des examens, ou même toute personne passant un entretien d’embauche. Les idées se bousculent dans notre tête et les mots qui sortent ne sont en fait pas tout à fait ceux auxquels on pensait. Heureusement, plusieurs conseils peuvent nous aider dans ce genre de situations embarrassantes.

 

La communication : un échange

On pense souvent à toutes les émotions qui nous submergent quand on est dans une situation à fort potentiel stressant. Et ceci est tout à fait normal. Nous sommes conscients que la manière dont nous allons gérer nos émois intérieurs va être déterminante dans la manière dont notre interlocuteur va recevoir et interpréter notre message. C’est d’ailleurs un des grands challenge des personnages politiques lors de campagnes électorales.

Pourtant, notre stress ne va pas seulement influencer notre façon de communiquer, mais il peut aussi avoir un impact sur les gens qui nous entourent. En effet, le stress peut être communicatif et nous pouvons rendre le niveau de stress de nos interlocuteurs plus ou moins élevé en fonction de notre communication. C’est le cas par exemple des supérieurs dans les entreprises ayant de lourdes responsabilités et qui ont du mal à les gérer. Ils vont avoir tendance à faire peser leur propre stress à leurs employés.

 

Il faut réussir à maîtriser son stress pour avoir une bonne communication.

 

Il est donc essentiel de prendre conscience que chacun a un filtre émotif différent qui peut avoir un impact plus ou moins important sur les autres. C’est une des raisons pour lesquelles, plus on saura contrôler ses émotions, et plus il nous sera facile de s’exprimer mais aussi de se faire comprendre correctement par son auditoire.

 

Quelques conseils pour une bonne communication

  • Une bonne préparation est toujours déterminante pour gérer son stress. En effet, mieux on est préparé et moins on sera angoissé.
  • Apprendre à bien respirer : lentement, en inspirant par le nez et expirant par la bouche. La respiration abdominale apaise. La position du corps est primordial pour réussir à maîtriser le stress et à faire passer le bon message.
  • Etre attentif à l’impact que nos mot et le ton de notre voix aura sur notre interlocuteur. Développer son enthousiasme et sa capacité à motiver peut aider à réduire le stress chez les autres.
  • Savoir s’adapter et comprendre les logiques des autres. Plus on réussira à comprendre et connaître son auditoire et moins on ressentira le stress que la communication passe mal.
  • Accepter les erreurs. Quand on s’efforce de reconnaître ses erreurs, on est plus enclin à rectifier dans une bonne direction la communication. Et le stress de ces situations redescend. Attendre la perfection de soi-même ou des autres empêche de gérer efficacement les conflits.
  • S’efforcer d’être le plus clair possible. Des détails qui nous semblent évidents seront peut être très utiles pour d’autres. Ainsi, plus on sera clair si le ‘comment’, le ‘quoi’ et le ‘quand’, et plus on sera clair dans notre façon de communiquer.
  • Poser des questions et ne pas monopoliser la conversation peut aussi permettre à mieux maîtriser nos émotions. Cela permet aussi de reprendre un peu d’aplomb si on sent le stress prendre le dessus.

 

Bien communiquer n’est donc pas forcément inné, mais avec de l’entrainement et des efforts, chacun peut réussir à améliorer sa communication, quel que soit le stress éprouvé.

 

Pour aller plus loin :

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *