Conduire sa voiture sans stress

Il existe des situations qui génèrent plus de stress que d’autres. Même si cela dépend beaucoup des individus, nous avons tous déjà ressenti un certain stress lors de trajet en voiture. Et cela n’est pas étonnant puisque conduire une voiture nous amène à rencontrer beaucoup d’éléments stressants qui vont absorber notre énergie et notre concentration.

Il est donc essentiel d’avoir de bonnes habitudes de conduite et surtout de rester positif quelques soit les situations rencontrées. Ainsi, rester patient et courtois, cultiver la confiance en soi ou développer une conduite souple permet d’éviter le stress indésirable. Prendre aussi le temps de s’arrêter sur les aires d’autoroute boire un café ou se détendre les jambes permet d’évacuer la fatigue et les tensions.

 

Conduire dans les embouteillages

Une des premières causes de stress au volant provient des embouteillages et du temps perdu sur la route. En effet, ce n’est pas seulement le fait d’être coincé sur la route qui porte sur les nerfs mais surtout le sentiment que le temps pourrait être utilisé d’une manière beaucoup plus utile. Dans notre société où tout le monde est toujours pressé, le temps  vaut cher. De plus, les arrêts fréquents au feu rouge et l’impatience des autres conducteurs n’arrangent pas les choses.

Prévoir ces moments d’embouteillage peut aider à mieux les supporter. On pourra soit les éviter en choisissant un autre parcours ou une autre heure, soit s’organiser de telle manière que notre programme ne soit pas trop chargé pour ne pas se sentir dans l’urgence alors que l’on est coincé dans sa voiture. Avoir un itinéraire précis incluant toutes les périodes d’arrêts donnera le sentiment de maitriser notre temps malgré les difficultés rencontrées sur la route.

Tout comme dans les transports en commun, vous pouvez mettre à profit les moments d’arrêt, notamment pour vous relaxer. Cela peut alléger votre esprit. Faire des étirements (notamment au niveau des épaules, du coup et des poignets) ou se masser la nuque et le visage apporte plus de sensation de bien-être. Ecouter aussi de la musique, qu’elle soit douce ou rythmée, peut reposer l’esprit et aider à patienter.

 

Conduire peut provoquer de nombreuses situations de stress

 

Les places de parking

Pour ceux qui n’aiment pas conduire ou qui ne se sentent pas à l’aise au volant, devoir se garer peut devenir un véritable enfer. Surtout lorsque cela oblige de faire patienter un ou plusieurs automobilistes qui peuvent faire monter notre stress en se montrant impatient. Les manœuvres délicates créent alors une véritable appréhension. A cela peut s’ajouter le temps perdu à la recherche plus ou moins longue d’une place de parking.

Pour pallier à ce genre d’angoisse, respectez votre planning et partez à l’heure prévue. Cela permet de ne pas essayer de rentrer dans la première place trouvée sous prétexte que l’on est en retard. Vous aurez le temps de chercher une place de parking assez grande et dont les manœuvres seront moins compliquées. Vous n’aurez ainsi pas la crainte d’avoir complètement stressé au travail ou à votre rendez-vous  !

 

A voir aussi : Souffrance au travail

 

Savoir prendre du recul aussi abaisse le niveau de stress. Se garer n’est pas forcément toujours simple et le ridicule n’a jamais tué personne. Alors prendre le temps de manœuvrer en ne se souciant pas outre mesure sur ce qu’en penseront les autres peut faire oublier la peur de la place de parking et renforcer la confiance en soi, essentielle pour se garer rapidement.

 

Les autres conducteurs et les accompagnants

Le manque de tolérance ou l’impatience des autres automobilistes, ainsi que leur manière de conduire peuvent nous faire perdre notre sang froid. Faire preuve de patience dans ces cas-là et de maîtrise de soi rend les choses plus faciles à endurer. L’important est de se concentrer sur notre manière de conduire. De toute manière, on ne pourra jamais changer l’attitude des autres.

Il y a aussi d’autres personnes qui peuvent nous prendre toute notre énergie. Ce sont celles qui nous accompagnent. Il est toujours insupportable d’avoir un voisin qui ne fait que râler ou critiquer notre manière de conduire. Ainsi, avant de partir il peut être utile de mettre les choses en claires : ce n’est pas lui qui conduit, ce n’est donc pas à lui de prendre les décisions. Certains trouvent utile aussi d’isoler mentalement la personne accompagnant, en imaginant une vitre séparatrice entre eux. Mettre de la musique peut aussi empêcher les commentaires intempestifs.

Conduire avec des enfants peut aussi générer un certain stress, surtout s’ils ne tiennent pas en place. Savoir mettre des limites et les respecter est essentiel. On peut aussi les occuper simplement avec des jeux de route, comme par exemple compter les plaques d’immatriculation comportant un certain chiffre.

 

Les intempéries

La météo engendre souvent plus de danger sur la route et donc plus d’inquiétude. Cela demande plus de concentration et de vigilance pour notre sécurité et celle des autres. La pluie, la nuit ou la neige sont autant de situations qui ajoutent un stress supplémentaire.

Dans ces conditions, privilégier les déplacements obligatoires et remettre les autres à un moment plus favorable permet de garder son énergie pour des activités plus essentielles. Néanmoins, si les déplacements sont indispensables, savoir que son véhicule est en parfait état de marche apporte plus de sérénité.

 

Pour aller plus loin :

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *