Manque de reconnaissance, mal-être au travail

Le stress au travail n’a jamais été autant un problème qu’à notre époque. Qui plus est, ce fléau est loin d’être simple, et ses causes sont multiples. Mais il en est une en particulier qui est récurrente : le manque de reconnaissance. Etre reconnu pour les efforts qu’on fournit est un besoin social. Le négliger crée un mal-être qui finit par avoir des répercussions néfastes sur le travail.

 

A quoi cela est-il dû ?

De nos jours, la rentabilité passe souvent bien avant l’humain et crée beaucoup de pression au travail. En effet, ce qui intéresse le plus la hiérarchie sont les chiffres et les résultats. On ne voit donc pas les efforts développés par les salariés mais ce que le rendu va faire gagner ou perdre à l’entreprise. Et poussé à l’extrême, ce mode de fonctionnement donne l’impression aux employés de ne pas exister, et l’estime de soi tend à disparaître. Ceci a forcément des conséquences fâcheuses sur le travail.

De plus, on met aussi beaucoup l’accent sur l’autonomie et on loue les capacités d’adaptation. Mais on demande aussi aux employés de se plier à des règles strictes qu’il peut être parfois nécessaire de transgresser pour pouvoir réaliser le travail. Les attentes deviennent contradictoires, le travailleur ne sait plus trop bien où se placer et s’il y a faute, ce sera lui qui sera considéré comme coupable. Pour pouvoir continuer dans de telles conditions, il est nécessaire qu’on sente que le travail est reconnu et valorisé.

Voilà pourquoi il est essentiel que les managers prennent en compte ce besoin de reconnaissance. On pourrait penser que féliciter la personne pour son dur travail, oralement ou par écrit,  serait déjà un bon commencement. Toutefois, certaines entreprises hésitent un peu d’emprunter ce chemin par peur de se voir demander une augmentation ou une rétribution financière.

 

Le manque de reconnaissance peut apporter du stress

 

 

Quelques idées pour plus de reconnaissance

Valoriser le travail n’est pas toujours chose facile et cela passe surtout par les managers. Ces derniers n’ont donc pas à gérer uniquement des aspects organisationnels ou liés directement à la tâche mais ils doivent aussi savoir gérer les émotions des personnes composant leur équipe. Autant dire que cela est loin d’être simple…

 

A voir aussi : Cannabis, planer pour aller mieux ?

 

Pour cela, un des points clé est de ne pas être présent uniquement quand ça ne va pas. Les retours sur le travail sont essentiels autant quand les choses vont mal que quand tout va bien. On montre ainsi qu’on s’intéresse. On crée des occasions de féliciter et on donne la possibilité d’être considéré comme un soutien si le besoin s’en fait ressentir.

Enfin, pour chaque entreprise et conditions de travail, des solutions personnalisées et adaptées doivent être mises en place. Ce qui marchera dans un milieu ne marchera peut-être pas dans un autre. Ce qui est sûr, c’est que faire des efforts pour placer l’humain au centre des préoccupations est la première des démarches pour pouvoir régler ce genre de problème.

 

Pour aller plus loin:

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *