Règles douloureuses et stress

Des règles douloureuses font partie des problèmes qui peuvent empoisonner la vie des femmes. Loin d’être rares, ce genre de soucis est très fréquent pour ce qui concerne les troubles gynécologiques. Et pourtant, cela reste assez inexpliqué et de nombreuses recherches sont encore à l’œuvre pour essayer d’en élucider tous les mystères, notamment le lien que cela pourrait avoir avec le stress.

 

Syndrome prémenstruel des règles

Les règles sont précédées chaque mois, grâce à toute une batterie d’hormones, d’un nombre d’éléments formant le syndrome prémenstruel, énonciatif de leur venue. Ces symptômes peuvent arriver environ une semaine avant les règles et divergent en fonction des femmes. Certaines n’en ressentiront que très peu les effets, alors que pour d’autres, cela sera tout le contraire.

Ce syndrome a des actions à la fois sur le plan physique et sur le plan psychologique. D’où la grande variabilité de ses manifestations. On peut par exemple ressentir des maux de ventre, une prise de poids, des seins douloureux, mais aussi une certaine tristesse ou irritabilité, ou encore un manque d’énergie ou de l’anxiété.

 

les règles peuvent porvoquer une certaines tristesse, aggravée par le stress.

 

Ainsi, l’annonce de l’arrivée des règles peut être en elle-même une source de stress, surtout si les règles ont tendance à être douloureuses. Savoir qu’elles ne vont pas tarder peut apporter angoisse et anxiété. Maintenant, reste à savoir si ce stress ressenti peut avoir un effet aggravant sur la douloureux éprouvée.

 

Douleur et aménorrhée : quel lien avec le stress ?

De nouvelles études ont mis en évidence l’impact que le stress pourrait avoir sur les règles. Ainsi, plus le stress serait grand, et plus les douleurs seraient intenses et dureraient dans le temps. On sait que les règles sont le résultat de toute une suite de sécrétions hormonales. Or le stress a un effet sur les hormones. Cependant, si le lien semble avoir été prouvé, l’action du stress sur le corps à ce niveau reste encore mystérieuse.

De plus, l’aménorrhée, c’est-à-dire l’absence de règles, peut aussi être causée par un stress important, que celui-ci soit lié à un choc psychologique, un état dépressif ou encore une maladie prolongée. En effet, ces situations peuvent avoir un impact sur le bon fonctionnement de l’hypothalamus et provoquer des dysfonctionnements au niveau des menstruations.

 

Agir sur le stress pour apporter un soulagement

Certaines précautions peuvent être mises en place pour limiter les effets désagréables, voire carrément handicapants, des règles. Citons par exemple une alimentation moins riche en sel ou dépourvue d’excitants comme le café ou le tabac. La pratique d’un sport pour les plus motivées ou de techniques de relaxation peuvent aussi réduire les symptômes. Mais pour un traitement immédiat de la douleur par exemple, certains médicaments sont disponibles pour apporter du soulagement. Cela peut être le cas du paracétamol ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Néanmoins, avec les récents résultats de ces études, un traitement préventif pourrait vraiment aider dans ce domaine. En effet, réduire le stress au maximum pourrait permettre de soulager la douleur due aux règles. Et cela serait d’autant plus utile aux femmes désirant avoir un enfant, et pour qui les médicaments contre la douleur sont déconseillés. Et dans le domaine de la gestion du stress, beaucoup de conseils existent et fonctionnent. A chacune de trouver ceux qui lui correspond le mieux.

 

Pour aller plus loin :

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *