Cœur brisé par le stress

Le stress étant un mécanisme d’adaptation de notre corps, il implique un certain nombre de changements physiologiques. Ainsi peut-on se poser la question de savoir quels effets cela peut-il avoir sur notre cœur. En effet, durant une situation de stress, on constate notamment des augmentations de la tension artérielle. Ainsi, est-il possible que des séquelles apparaissent ? Certaines situations sont-elles plus nocives que d’autres ?

De nombreuses études ont essayé d’évaluer le rôle que pouvait jouer le stress dans les maladies cardiovasculaires et encore aujourd’hui le sujet fait débat. On ne peut encore affirmer avec certitude que le stress peut affecter le cœur sur le long terme. Ce qui est certain c’est que le stress a un effet sur nos cellules et peut provoquer une augmentation de la tension artérielle. Mais cette augmentation n’est que passagère. Nous sommes tous sensibles à une montée de stress mais cet état est temporaire et réversible, tout revient à la normal une fois la situation de stress passée.

 

Le stress a un impact à plus ou moins long terme sur notre rythme cardiaque.

 

A l’inverse, une personne souffrant d’hypertension présente un mal chronique. Il perdure donc dans le temps même en l’absence de situation provoquant un état de stress. Le problème devient plus compliqué lorsqu’une personne est à la fois hypertendue et soumise à un stress chronique. Il peut alors être difficile de retrouver une tension normale. Essayer de mieux gérer son stress peut être utile pour traiter une hypertension artérielle mais ne sera pas suffisant. Une solution diététique et médicamenteuse sera alors peut-être à envisager.

 

Stress passé et rumination

Une situation de stress peut encore avoir des effets une fois terminée comme en cas de dépression. Le souvenir d’un moment pénible peut aussi affecter la pression artérielle en l’augmentant considérablement. Les mauvais moments peuvent ainsi continuer à provoquer un certain niveau de stress. Le retour à la normale est alors retardé. Le fait de ruminer des souvenirs douloureux est un phénomène naturel qui peut tous nous toucher et qui provoque parfois un niveau de stress comparable à la situation vécue.

D’ailleurs, les psychologues prennent au sérieux cette tendance à ruminer de mauvais moments, notamment en ce qui concerne les personnes sensibles. Ils recommandent une prise en charge de ces phénomènes ainsi qu’un soutien social. Les soins apportés peuvent être comparés à ceux prescrits lors de stress post-traumatique.

 

Le cœur des hommes plus touché par le stress au travail

Des études montreraient que les hommes seraient plus sensibles que les femmes au stress sur leur lieu de travail. Ils développeraient ainsi plus de problèmes artériels, augmentant ainsi le risque d’infarctus. Ce phénomène n’est pas encore très bien compris, notamment par rapport à la différence observée entre les hommes et les femmes.

Ceci pourrait s’expliquer par certaines hormones féminines, comme les œstrogènes, qui pourraient protéger le système cardiovasculaire. Il est aussi possible que les femmes soient plus sensibles à d’autres formes de stress, autres que celle ressentie au niveau professionnelle.

 

« Cœur brisé » et stress

Dans le langage populaire, il est souvent parlé de chagrins tels qu’ils peuvent nous briser le cœur. Des recherches sur les émotions trop fortes associées à un stress important montrent qu’un véritable chagrin peut avoir des répercussions physiques, notamment au niveau cardiaque. Ce syndrome a pour nom cardiopathie de stress et affecterait beaucoup plus les femmes que les hommes. Même si ce constat n’est pas très bien compris, plusieurs explications seraient possibles. Elles impliqueraient un afflux anormal de certaines hormones ainsi que les liaisons nerveuses du cœur et du cerveau.

Les émotions trop fortes associées à un stress important montrent qu’un véritable chagrin peut avoir des répercussions au niveau du coeur.

Ce phénomène est à prendre au sérieux, il est en effet potentiellement mortel. Il est donc important d’établir un bon diagnostic. Les patients souffrant de ce syndrome présente en apparence les signes d’un problème cardiovasculaire. Cependant, des analyses permettent de constater que les artères alimentant le cœur ne sont pas obstruées, et que le cœur n’a subi aucun dommage. De plus, le temps de récupération lors d’une crise cardiaque est beaucoup plus long. Il peut aller de quelques semaines à plusieurs mois. En ce qui concerne la cardiopathie de stress, tout revient à la normale en à peu près deux semaines et les dommages cardiaques ne sont pas permanents.

Ainsi, il est intéressant de voir que les différentes formes de stress ne touchent pas les hommes et les femmes de la même manière. De plus, les effets physiques qu’il entraîne peuvent être semblables à ceux observés dans d’autres maladies.  Nous sommes donc inégaux face aux situations de stress, d’où l’importance d’un bon diagnostic et de personnaliser les méthodes de gestion de stress.

 

Pour aller plus loin :

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *